Oser

« Si tu n’aimes pas l’endroit où tu es, bouge, tu n’es pas un arbre »

Pourquoi est-ce si difficile de faire des choix ?

Pourquoi s’infliger une vie qu’on ne souhaite plus ?

Pourquoi prendre des résolutions et le lendemain les oublier ?

Et pourtant on étouffe, on est frustré…

On souffre, on est triste…

Mais on n’arrive pas à faire un seul mouvement, à faire un seul pas

On sait pertinemment qu’il n’arrivera rien de nouveau à l’endroit où l’on se trouve

Mais on s’y accroche quitte à être de mauvaise humeur à longueur de journée

Quitte à verser des larmes tous les soirs

Quitte à avoir des regrets et des remords  le restant de nos jours

Et on commence à se poser des milliers de questions qui n’obtiendront jamais de réponses tant qu’on sera à cet endroit qui devient de plus en plus toxique pour notre santé, pour notre vie…

Mais on s’accroche à ce semblant de sécurité

On se blottit un peu plus dans cette zone de confort

Zone de confort peut-être, mais zone qui crée pourtant un mal être

Et on s’invente des millions de raisons toutes aussi ridicules les unes que les autres, tout simplement pour rester dans cette zone

Une zone qui nous garantit un salaire, un bien-être matériel ?

Oui sûrement..

Une zone qui nous protège de la solitude ?

Oui peut-être…

Pourtant une zone qui nous rend malade

Penser à sortir de cette zone crée des peurs

Essayer de sortir de cet endroit développe un manque de confiance en soi

Mais comment savoir si quelque chose de mieux nous est réservé si l’on reste à la même place ?

Comment tester de nouvelles expériences si on refuse de sortir de ce périmètre ?

Comment acquérir de nouvelles compétences, rencontrer de nouvelles personnes, vivre une nouvelle vie plus enrichissante, si on enfonce nos racines de plus en plus en profondeur

Des racines qui deviennent de plus en plus solides et qui s’accrochent  puisqu’on les autorise à le faire

Des racines arrosées par des peurs, des angoisses, des frayeurs

Des peurs, des angoisses et des frayeurs qui nourrissent  notre tronc

Un tronc qui se durcit avec le temps et qui fait pousser des feuilles mortes et fait éclore des fleurs fanées

Alors naissent des arbres humains sans vie qui remplissent la surface de la terre

Mais pourquoi s’infliger tout ceci ?

Nous ne sommes pas des arbres alors laissons ce rôle aux arbres

Cherchons notre vrai rôle et trouvons la réponse qui est en chacun de nous

Et cette réponse c’est OSER

Oser affronter ses peurs et ses angoisses

Oser essayer quelque chose de nouveau

Oser quitter un travail qui ne nous épanoui plus

Oser dire à la personne à qui on a dit oui que cette vie ne nous convient plus

Oser dire « j’en ai assez » et envoyer tout balader

Cultiver la hardiesse, le courage et l’audace pour se surprendre

Prendre des risques qui nous réservent peut-être de belles surprises

Se préparer à une nouvelle vie qui nous tend les bras

Facile à dire tout ça ? Je vous le concède

Très difficile à faire ? Cela est certain

Mais admettre que notre situation ne nous convient plus, c’est déjà oser admettre la réalité

C’est déjà un premier petit pas et une première victoire

Les autres petits pas suivront naturellement et les victoires se succéderont une à une

Mais le plus important est de toujours garder en tête ceci :

« Si tu n’aimes pas l’endroit où tu es, bouge, tu n’es pas un arbre »

 

 

Tissou Toure

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Comments

0 comments

L’importance du modèle positif

Du désarroi et de la détresse causés par les Fausses-Couches et l’Infertilité et De la Nécessité de ne pas faire de la Maternité une Obsession…