Principes fondamentaux du E-Commerce

Dans les années 1990, les vendeurs ont découvert un nouveau canal de vente : Internet. L’e-commerce est devenue une industrie de 2,3 billions de dollars qui se développe chaque an- née, et toute personne souhaitant ouvrir une boutique en ligne pour bénéficier de l’essor du commerce électronique doit en comprendre les principes fondamentaux. Se lancer dans l’e-commerce est aujourd’hui une activité idéale pour tout entrepreneur en devenir. En 2022, l’e-commerce est une activité en plein essor, et les usages n’ont jamais été aussi répandus. Retour sur les principes de base.

CONCEPT : QU’EST-CE QUE LE E-COMMERCE ?

Selon Wikipedia, le e-commerce, ou commerce électronique, est : « l’échange pécuniaire de biens, de services et d’informations par l’intermédiaire des réseaux informatiques, notamment internet. » Dans l’absolu, l’e-commerce, désigne simplement l’achat et la vente de produits et services sur internet.

QUELLES SONT LES FORMES DU E-COMMERCE ?
Lorsque vous décidez de vendre vos produits ou services en ligne, vous avez la possibilité de vendre vos produits en BtoC ou BtoB. L’e-commerce BtoC est la forme de e-commerce la plus répandue dans le monde. Le BtoB, quant à lui, est une pratique qui prend de plus en plus d’ampleur et offre de nouvelles sources de revenus. En effet, il existe tout un éventail de modèles économiques. Les modèles d’e-commerce va- rient énormément et comprennent de nombreux types d’affaires.

Voici une liste des différents types d’entre- prises d’e-commerce :

Business-to-business : Le b2b fait référence à une entreprise qui achète des biens ou services en ligne auprès d’une autre entreprise.

Business-to-consumer : Le b2C fait référence à un client qui achète un article sur internet à des fins personnelles. bien que l’e-commerce b2C puisse sembler plus important, il ne représente que la moitié du marché international du b2b.

♦Consumer-to-consumer :La vente C2C fonctionne comme une brocante en ligne ou une vente aux enchères sur internet qui per- met aux particuliers de vendre des produits à d’autres particuliers.

Consumer-to-business : Lorsqu’un consommateur crée de la valeur pour une entreprise, on parle de commerce C2b. Par exemple, on parle de C2b lorsqu’une banque d’images achète des photos auprès d’un auto-entrepreneur.

Business-to-government : Ce modèle est parfois aussi appelé b2a, pour «business-to-administration». on parle de b2a lorsqu’une entreprise privée échange des biens ou services avec une agence publique.

Ces formes de commerce électronique sont les plus courantes. Il en existe également d’autres types, comme le g2C (goverment-to-Consumer), le C2g (Consumer-to-goverment) ou le b2e (business-to-employer). Comme on peut le voir, le commerce électronique regroupe des réalités qui vont au-delà d’une simple achat dans une boutique.

Enfin l’e-commerce étant un secteur économique à part entière, il est encadré par la loi et est soumis à des réglementations juridiques. il y a donc des mentions obligatoires à indiquer sur votre site e-commerce, pour informer les consommateurs sur le processus de com- mande, les délais de livraison et la politique de retours de produits, ou encore la protection des données clients.

QUELLES SONT LES TYPES DE E-COMMERCE ?
Le monde en ligne est un secteur encore peu mâture. Les changements technologiques sont constants et les nouveaux commerces en ligne répondent aux nouvelles nécessités. On peut différencier le type de e-commerces en fonction des revenus générés ou de la façon dont a lieu l’échange entre l’acheteur et le vendeur :

♦ Boutique en ligne disposant de ses propres produits : c’est la première chose à laquelle on pense quand on parle de e-commerce. Les mêmes caractéristiques qu’une boutique physique, dans une version en ligne.

♦ Dropshipping : pour le client, il semble s’agir d’un e-commerce normal. La différence vient du fait que c’est un tiers qui envoie le produit, et non pas le vendeur.

♦ E-commerce d’affiliation : les commerces d’affiliation vont plus loin encore que le dropshipping. Le e-commerce re-dirige le client vers une autre boutique qui lui paie une commission une fois la vente conclue.

Adhésion : ce type de e-commerce cherche à ce que ses clients effectuent des achats ré- currents. C’est actuellement en vogue avec les « boîtes surprises » envoyées chaque mois

Marketplace : une marketplace est une boutique regroupant plusieurs boutiques. il s’agit d’un site web sur lequel différents vendeurs proposent leurs produits.

Services : un e-commerce ne vend pas for- cément des produits. Formations, conseils, coaching et, de manière générale, tout temps échangé contre de l’argent.

Comme nous l’avons vu précédemment, les avancées dans ce secteur sont quotidiennes, et de nouveaux types de commerces électroniques voient constamment le jour.

AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA CREAION D’UN E-COMMERCE
Pourquoi les e-commerces sont-ils devenus si nombreux sur internet en si peu de temps ? Car le e-commerce représente d’importants avantages par rapport au commerce traditionnel.

La possibilité de toucher une large audience : Pouvoir acheter et vendre depuis n’importe quel endroit du globe élargit considérablement le public cible et permet d’obtenir davantage de clients sans aucune contrainte d’heure d’ouverture et de fermeture et cela à très moindre cout contraire- ment à d’un établissement physique.

La connaissance fine du comportement d’achat de vos clients grâce à de nombreux outils marketing et d’analyse de données en ligne. Ce qui permet la mise en place d’actions marketing ciblées pour offrir une expérience d’achat de qualité et unique aux acheteurs en ligne.

il faut cependant avoir conscience des difficultés que peut représenter le e-commerce. il convient donc d’analyser les défis auxquels vous serez confronté lorsque vous démarrerez votre aventure en ligne.

INCONVENIENTS / DEFIS

♦ Manque de confiance : bien que les passerelles et les moyens de paiement aient fait d’énormes progrès et soient aujourd’hui aussi sûrs que dans les boutiques physiques, beaucoup de personnes continuent de ne pas faire entièrement confiance aux transactions en ligne.

♦ Produits et services que l’on ne peut ni voir ni toucher : en tant que clients, nous aimons voir le produit et le toucher pour nous rendre compte de sa qualité et cela ne peut pas se faire dans un e-commerce.

♦ Connexion Internet indispensable : c’est évident, mais afin de vendre et d’acheter sur internet, un dispositif connecté à internet est nécessaire.

♦ Difficultés techniques : dans le cas d’un e-commerce, la partie technologique requiert un minimum de connaissances technologiques, dont tout le monde ne dispose pas.

♦ Concurrence : la barrière d’entrée économique pour créer un e-commerce n’est pas aussi élevée que pour un commerce physique. La concurrence est donc plus importante.

♦ Temps pour obtenir des résultats : obtenir de la visibilité pour un commerce en ligne est plus difficile qu’il n’y paraît.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chargement…

0

Comments

0 comments

Pour une éducation sans violence

Marie-Claire DIAWARA